Accueil Articles La méthode Pomodoro ; pour une gestion du temps efficace et calme !

La méthode Pomodoro ; pour une gestion du temps efficace et calme !

Par Dorothee Fatehi 17 mai 2018
Dorothée Fatehi gestion du temps

Cette technique de gestion du temps suit une recette bien précise, il y a une histoire de tomate, un thermostat maximum et des temps de repos à respecter pour en assurer la réussite.

Pourtant, je vais vous en révéler le secret dans deux secondes seulement. Oui, aujourd’hui, ZÉRO suspens, je dévoile tout au premier paragraphe, au risque que vous ne lisiez pas la suite. Parce-que je n’écris pas un thriller, mais des articles qui donnent immédiatement des astuces claires et concrètes. Voilà, j’ose et je transgresse la règle qui nous impose de tenir son public en haleine.

Ainsi, pour rester dans la métaphore alimentaire, l’ingrédient secret de cet outil de gestion du temps est donc, ta-dam ; la pause régulière.

Voilà, merci de m’avoir lu.

Bon, j’arrête de vous cuisiner, et j’arrête les mauvais jeux de mots promis, soyons sérieux, parlons vraiment gestion du temps.


La première question qui pourrait vous traverser l’esprit est : de quel droit est-ce que je me permets de donner des conseils en gestion de temps ?

Ma réponse argumentée sera celle-ci : j’ai trois enfants, un mari, un job, un investissement associatif plutôt intense. J’ose par-dessus aimer lire, dessiner et écrire. Et manger au restaurant. Sans oublier que, j’ai une famille, des amis, un oiseau, et enfin, des plantes vertes, assoiffées et aimant qu’on leur parle. Heureusement, je ne repasse pas. (Notez bien ce conseil en passant, ce sera peut-être le plus pertinent et judicieux de toute de ma carrière.)

Quoi qu’il en soit, il faut faire rentrer tout cela dans LA boite temporelle universelle !

Dorothée Fatehi Gestion du temps

Bien que je déteste admettre une défaite, j’ai dû me résoudre et accepter la vérité, je ne sais pas distendre le temps. Un véritable drame à mon sens. Je ne sais, ni l’accélérer lorsque je m’ennuie, ni le ralentir pour faire durer un plaisir, ou avoir plus de temps pour m’organiser. À partir de ce constat d’impuissance, je me suis demandée : « comment mieux gérer les heures qui me sont imparties?

Car, lorsque tout est désordonné, le résultat est moins bon et le stress augmente. Nous avons beau nous agiter, peine perdue il n’y a plus de productivité.

La seconde question que vous pourriez très bien me poser maintenant : Dorothée, as-tu trouvé une méthode de gestion du temps qui marche vraiment ?

Ma réponse : non bien sûr! Nous allons en fait, juste parler de ma vie, pour le plaisir. Mon plaisir surtout, évidement.

Mais oui, mais oui ; j’ai l’astuce qu’il vous faut ! Celle dont nous allons parler doit s’adapter à votre fonctionnement personnel. Je vous la présente telle-quelle, en quelques lignes, mais je vais aussi vous dire comment je l’adapte à mon quotidien afin de vous inspirer à faire de même.

Car l’idée est excellente mais toutes les situations ne peuvent rentrer dans une méthode de base. Si des situations se ressemblent parfois, rien en ce monde n’est identique. Ce qui marche un jour, peut ne plus fonctionner par la suite. Le seul paramètre qui ne peut changer est que nos journées comptent 24 heures. Il faut en plus en sacrifier certaines pour les besoins physiologiques, sinon adieu la fraîcheur. Nous ne sommes pas d’accord pour être fanés, n’est-ce pas ?

La technique Pomodoro est donc une technique de gestion du temps avec un nom de fruit. Oui, la tomate est un fruit voyons. Oui, par déduction, pomodoro veux dire tomate, bravo. Elle fut développée dans la fin des années 80, par un italien du nom de Francesco Cirillo. Je vous laisse le soin de « Googeliser » ce monsieur, si vous voulez en savoir plus. Personnellement, je dois avancer, je n’ai que 25 minutes pour écrire cet article. Parce-que voici le fonctionnement de cette méthode: chronométrer nos actions. Une véritable pression. Mais bienveillante. Un cycle dure 25 minutes. Ce qui serait notre temps concentration optimal, d’après bien des études.

D’ailleurs, hier, j’ai lu que l’attention humaine durait… 8 secondes. D’autres formulent l’idée différemment : elle « se capte » en 8 secondes, maximum. Si passé ce délai, rien n’a animé de passion le lecteur/l’interlocuteur, hop vous l’avez perdu.

Du coup… Je me dis que je suis peut-être actuellement seule sur cet article…

NB : si toutefois vous parvenez à la fin, faites nous connaitre votre héroïque concentration dans les commentaires, je ne manquerai pas de louer votre exploit.
Dorothée Fatehi gestion du temps

Enfin bref, savez-vous au passage, que 8 secondes c’est moins que ce que l’on a pu observer chez les poissons rouges ? Sans vouloir vous commander, la nécessité est donc de renforcer le mental. Tout en tenant compte de cette particularité humaine ; le besoin d’être stimulé pour rester concentré.

> La force de la méthode est d’imposer un temps maximal de travail et surtout des temps de pauses. Chaque cycle doit se marquer par une courte pause de 5 à 10 minutes. Il peut contenir 4 périodes de 25 minutes, soit avec les pauses : 2 heures, censées être très, très, efficace. Pourquoi ? Parce-que la méthode défend l’idée que des pauses régulières favorisent l’agilité intellectuelle.

La technique se présente sous la forme de cinq étapes :

  • Décider de la tâche à effectuer ;
  • Régler le minuteur sur 25 minutes ;
  • Se concentrer pendant… 25 minutes ;
  • Prendre une courte pause (5 à 10 minutes) ; exercice de respiration, marche, étirements…
  • Tous les quatre cycles, prendre une pause un peu plus longue (15-20 minutes). Faire un vrai break, donc manger par exemple. Conseil non approuvé par ma diététicienne, ni mon maillot de bain.

    1. Une technique de gestion du temps réglementée, que l’on peut adapter…

Dorothée Fatehi gestion du temps

Pour bien faire, il faut : un minuteur, un crayon et un papier. Et c’est tout. Le minuteur permet de débuter et de finir, sans déborder. Le conditionnement est important, mais ce qui l’est encore plus c’est que le contentement ne provient pas de ce qui est produit en soi, mais du respect des temps, et du nombre de cycles accomplis dans une journée. Cela donne un sentiment de satisfaction, une envie de se challenger. Et puisque les moments de concentration sont optimisés, ils sont efficaces.

 

  1. Ce qu’il faut ABSOLUMENT garder, outre la pause :

Dorothée Fatehi Gestion du temps

Je n’aime pas suivre les règles, mais j’en donne, et oui c’est ainsi, j’écris donc je décide. Si certaines sont faites pour être transgressées allègrement, d’autres sont malgré tout indispensables. Si l’on n’en tient pas compte, il n’y a tout simplement plus de méthode, c’est tout de même embêtant non ? Je pense qu’il est tout de même primordial de planifier, d’organiser, de prévoir les différents cycles. Cela peut donner une estimation du temps nécessaire et surtout des priorités.

> Avoir sa TODO List du jour ; classer par catégories et répartir : du plus important au moins important/urgent. Supprimer ce qui n’est pas essentiel et les interruptions de travail : 25 min sans téléphone à porté de main par exemple. Pour bien faire, je vous recommande mon article sur les 6 lois du temps.

– Pour ma part :

J’ai des objectifs et des impératifs pour aujourd’hui par exemple. Si je les cite en vrac, je tombe en syncope : écrire un article d’au moins 1000 mots – finaliser un atelier de 45 minutes pour une conférence qui a lieu le lendemain, (il parait même que je dois coordonner des équipe sur place) – avancer dans le coaching avec une jeune cliente et affiner son programme – ranger mon dressing ; car il faudrait que je puisse de nouveau rentrer dedans – organiser les 3 jours à venir de mes enfants, qui doivent aller à gauche, puis à droite. Avoir quelques contacts avec d’autres êtres humains serait également une bonne chose. Aller travailler ; inévitable. Manger, boire ; la survie de base. Faire un soin pour mes cheveux ; peut-être que j’exagère en espérant avoir du temps pour moi… Et j’en passe, car je souhaite garder un air mystérieux. J’aime bien.

-> Comment faire alors ?

Je planifie des cycles, en regroupant ce qui va ensemble, par priorité et urgence. (Pour savoir comment réaliser ce prodige, j’écrirai bientôt une fiche sur la matrice d’Eisenhower, un outil de classement et d’organisation des priorités.) Le mercredi, je ne travaille pas, ainsi donc je peux vraiment travailler. Pour mes projets et mon entreprise j’entends, je gagne 7 heures de liberté précieuses que je m’empresse de remplir d’objectifs selon l’ordre du jour et les semaines, qui ne sont jamais les mêmes. Et le soir, je prévois le cycle de ce qui n’a pu être fini, et qui à mon sens doit l’être, avec 4 derniers cycles de 25 minutes. Quand il me reste au moins 1% d’énergie.

Cela me permet d’éviter la monotonie d’une tâche, me donne la satisfaction d’avancer sur tous les plans en même temps. Cette organisation est quasi militaire mais combien efficace. Lorsque j’ai terminé, je m’avachis sans aucun scrupule devant Netflix, et je passe 4 cycles de 25 minutes, à chercher ce que je vais bien pouvoir regarder…

  1. L’adaptation, car chaque situation est différente.

Par exemple, pour écrire un article, j’ai besoin de temps, beaucoup de temps.

Je maîtrisais assez bien ce sujet et me sentais inspirée, j’en ai donc gagné un peu, mais évidement que l’on ne boucle pas un papier de 1500 mots en 25 minutes. Et dans le cas de révisions par exemple, ce sera la même chose. L’idée de base est le travail en cycle délimité dans le temps et alterné avec la pause, pour un résultat efficace. Quoi-que vous fassiez, gardez en tête ce concept, et toutes les 25 à 30 minutes, faite un break.

Un Pomodoro pour une matière, signifie 2 heures en tout de révisions et une mémoire bien stimulée. Une grande pause ; puis la matière suivante. Vous avez des papiers à faire? Des démarches laborieuses et des mails à traiter, faites de même, organisez-vous en cycle. Le temps et son cadre bien défini, vous garderons motivés et alertes !

  1. Une histoire de tomate.

Sinon, oui, à ce stade, comme l’indique son nom, il n’y a toujours aucun rapport logique avec les tomates en fait, hormis la traduction. Et l’Italie. Mais bon, ça reste vague, n’est-ce pas ?

Alors voilà, cette technique impose à qui veux l’appliquer dans les règle de l’art, un minuteur. Et celui qu’utilisait l’inventeur, était en forme de.. de .. ?

dorothee fatehi methode Pomodoro

De tomate, off course ! Du coup, j’ai envie de vous

donner une recette de sauce italienne traditionnelle ! Voila, bon appétit, et prenez soin de vous, le temps est précieux !

Dorothée.

Vous aimerez aussi

Aller à la barre d’outils