Accueil Articles Avez-vous conscience que l’entropie, ce principe physique, sabote tous vos efforts pour garder propre votre intérieur ?

Avez-vous conscience que l’entropie, ce principe physique, sabote tous vos efforts pour garder propre votre intérieur ?

Par Dorothee Fatehi 7 mai 2018
Dorothée Fatehi entropie & organisation

Notre monde est régi par des lois physiques intransigeantes et passionnantes telles que l’entropie par exemple. Et si nous y accordions davantage attention au quotidien ?

À la question de savoir quelle était à ses yeux la loi la plus importante de la physique, Einstein répondait « le second principe de la thermodynamique. »

Je trouve en effet que ce principe qui inclut la notion d’entropie, influe énormément sur mon quotidien. Il est même plutôt agaçant, voir décourageant parfois et entraîne des actions extrêmement répétitives pour le contrer. Mais le comprendre et l’intégrer m’a permis de « relativiser » mon sentiment d’impuissance ; accepter l’idée d’effort étant à la base de toute discipline et accepter la réalité, à la base de tout lâcher-prise.

Et vous ? Êtes-vous d’accord avec Mr Einstein ?
S’il vous est à ce stade difficile de prendre parti, laissez-moi vous illustrer le propos!

Un mot, du sens.

Commençons par la définition de l’entropie et vous allez tout de suite mieux comprendre où je veux en venir lorsque je parle d’éternelles répétitions :

Entropie, Nom féminin
  1. Physique : fonction exprimant le principe de la dégradation de l’énergie ; processus exprimé par cette fonction.
  2. Augmentation du désordre ; affaiblissement de l’ordre. Entropie négative (neg-entropie (nom féminin)).

D’autres explications scientifiques nous apprennent qu’en physique, l’entropie est une grandeur thermodynamique associée à un système de particules ; qu’en astrophysique, il y a une entropie particulière concernant les trous noirs. (J’aimerais vous en parler, mais aussi fascinant que cela soit, c’est tout de même un autre sujet.) Et enfin qu’en biophysique, appliquée à l’origine et l’évolution de la vie, l’entropie implique l’inexorable dégradation de toutes choses.

Voilà, nous y sommes. L’application biophysique. Ne laissant aucun espoir ; rien de dure, ne perdure, rien ne peux rester tel quel. Mais peut-être que tout cela reste un peu flou, alors entrons dans les détails.

Afin d’y voir bien clair il faut que nous comprenions :

1 – Ce qu’est la thermodynamique, attention je ne donne pas un cours de physique mais je retrace des grandes lignes.

2 et 3 – Quels en sont ces fameux principes, ceux qui intègrent l’entropie.

4 – Ce que l’on va faire de ces informations… Parce-que bon, il faut bien que tout cela ait un intérêt concret pour vous, n’est-ce pas ?


1) La thermodynamique

Elle a pour objet les effets du travail, de la chaleur et de l’énergie sur un système. On peut définir la thermodynamique de deux façons simples :

1) Science de la chaleur et des machines thermiques.
2) Science des grands systèmes.

De manière encore plus synthétique : avec la physique statistique, dont elle est désormais une partie, la thermodynamique est l’une des grandes théories sur lesquelles se fonde la compréhension actuelle de la matière.

J’imagine que vous vous demandez sûrement où tout cela va nous mener, soyez patients ! Promis le résultat va vous surprendre !

2) Le premier principe

Ce premier principe de la thermodynamique est un principe de conservation.
La variation d’énergie du dit système doit être égale à celle échangée avec le milieu extérieur.

  • Donc bilan énergétique nul.

Cependant, ce principe n’impose aucune contrainte sur le sens de l’échange énergétique entre le système et le milieu extérieur. Pourtant, l’expérience montre que cette évolution se fait toujours spontanément selon un sens précis.

Par exemple :

Prenez deux corps à températures différentes. Chaud/froid. En les mettant en contact thermique le transfert spontané se fait toujours du corps chaud vers le corps froid. Jusqu’à atteindre l’équilibre. Le corps chaud va finir par se refroidir et le froid, par se réchauffer.

Autre exemple d’échange à sens unique :

  • La glace fond dès que la température est supérieure à 0°C,
  • Si on relâche la pression sur l’embout d’un ballon gonflé, celui-ci se vide de son air, ce qui fait d’ailleurs beaucoup rire mes enfants : trajectoire incontrôlable et bruits hilarants à la clé.

En théorie, rien n’empêcherait que le corps chaud se refroidisse et vice-versa, que l’eau liquide puisse geler au-dessus de zéro degré Celsius, ou qu’un ballon se regonfle, mais je vous assure que si vous assistiez à de tels phénomènes, vous seriez choqués tant nous sommes habitués à ce que les choses ne se déroulent spontanément que dans un seul sens.

3) Le second principe

Un principe d’évolution qui précise et fixe le sens.

Il introduit ainsi la notion d’irréversibilité des phénomènes. Selon ce second principe rien ne se perd tout se transforme, il s’avère alors qu’aucune matière ne disparaît, mais sa forme change, augmentant ainsi le désordre. Modifiant ce que l’on connait, de façon irréversible. Je respire des particules ayant existé au temps de mes ancêtres les plus lointains. Mes descendants seront impactés par mes actions présentes et la pollution d’aujourd’hui se retrouvera dans leurs cellules des années plus tard, sous d’autres formes.

Prenez l’exemple d’un parfum. Enfermé dans son contenant, les molécules s’agitent et s’entrechoquent violemment, l’odeur est concentrée. Ouvrez le récipient et l’effluve se diffusera dans la pièce, en changeant l’odeur première. Les molécules n’ont pas disparu, elles se sont réparties différemment, mélangées à d’autres, augmentant le désordre de celles-ci. La notion de désordre n’est ici absolument pas négatif, pourtant tout a été perturbé. L’ordre de départ n’est plus et c’est ainsi pour chaque action que nous faisons.

Vient alors le vocabulaire spécifique pour étayer ce principe. Je vais vous le passer, mais en résumé toute transformation se fait dans un sens, et l’inverse n’est pas possible. En théorie pourquoi pas, dans la vraie vie on a jamais vu ça.

Par exemple :

  • De l’eau qui remonte la cascade.
  • Une pierre qui se décroche du haut de la montagne, tombe et remonte à sa place.

Les lois de la physique nous parlent en conclusion d’une progression du temps qui s’écoule dans un sens unique : de l’ordre au désordre.

C’est ce que l’on nomme flèche du temps !

  • Le glaçon fond, la poussière s’accumule.

Ainsi le monde tel que nous le connaissons est forcément voué à disparaître, à évoluer, se transformer et ce qui est ordonné tend naturellement au désordre.

  • Une maison abandonnée tombe en ruine,
  • Une pièce non entretenue amasse de la poussière.

Et voilà. Le cœur du sujet.

De la physique pour aborder la thématique de la propreté, de l’entretien ? De l’organisation de choses si futiles, si terre à terre ? C’est osé, non ? Ça l’est je suis d’accord avec vous. Mais personnellement j’aime comprendre, quand j’y arrive, le monde qui est le mien. Je m’y adapte bien mieux quand c’est le cas, en revanche si la chose me dépasse je sais l’admettre et réussis mieux à m’adapter à cette réalité insaisissable.

4) Un résumé utile et concret de tout cela ?

En terme de sens et de déroulement, en terme d’écoulement du temps et de phénomènes de changement, le Big-bang a marqué le début de cette flèche du temps et depuis nous vivons à l’image d’un surfeur descendant une immense vague. Tout va dans un sens et a priori, pas celui qui nous rassure. Du début à la fin, de la vie à la mort, de ce qui est petit à grand, de ce qui existe à disparaît (mais on l’a vu, il s’agit en fait d’une toute autre forme).

Et nous humains, qui luttons avec acharnement contre cette réalité recherchant sous toute forme l’immortalité, ou au contraire qui vivons dans une inconscience sidérante pour le profit immédiat, qui ne tient aucun compte du lendemain. Pour rappel, en seulement 4 mois nous avons déjà en France consommé toutes nos ressources et vivons à crédit sur la terre.

Si nous voulons vivre en harmonie avec notre monde, il faut donc prendre en compte ce principe et y appliquer les suivants : la sagesse, nos actions entraînant des conséquences, nous devrions tenir compte de celles-ci, le lâcher-prise et l’acceptation, nous ne pouvons pas à terme lutter, le temps gagnera, profitons du présent au lieu de nous battre contre lui ; et en même temps le refus du laisser-aller. Le maintien de l’ordre, la remise à niveau. N’est-ce pas notre mandat de gestionnaire de la Terre ? La réflexion : comment rentabiliser nos gestes, limiter notre impact négatif, s’adapter aux lois de la physique ?

Rien ne se perd tout se transforme.

Par cette prise de conscience nos choix doivent-ils changer ? Je pense que notre société actuelle se pose enfin les bonnes questions. Les dégâts sont déjà immenses et il faut donc l’admettre, pour certains irréversibles. Doit-on pour autant accélérer la contamination, continuer à détruire notre monde ? Ces changements de vie sont particulièrement difficiles au quotidien, mais ils sont possibles.

Je ne suis pas vegan ni même végétarienne, tout n’est pas bio ou éthique chez moi. Je pense que chacun doit trouver son rythme et faire aussi comme il peut. Mais prendre soin de trier nos déchets, regarder les étiquettes, nous commençons tous à la maison à y accorder plus de temps. Et certains produits sont simplement éliminés de notre quotidien. Quand l’habitude est prise, nous pouvons alors regarder ce qui peut être amélioré ou changé. Le poison de tous nos produits est souvent invisible mais il existe bel et bien. En même temps nous sommes dans un tel engrenage qu’il est difficile d’en sortir. Je vous propose d’agir un pas après l’autre, c’est ma devise la plus récurrente.

Le monde veut arriver à son équilibre, c’est ainsi. Nous devons arriver au nôtre.

Revenons à l’entropie et ainsi tout en ayant conscience de notre limite sur le phénomène de dégradation, vous serez d’accord pour admettre que nous ne devons pas nous laisser faire ! Par la discipline et l’entretien nous ramenons l’ordre initial dans notre maison, notamment, pendant un temps. C’est pourquoi l’organisation, qui passe par la connaissance des délais, est primordiale, cela évite de mettre trop de temps entre deux actions, ou de répéter inutilement des gestes qui pourraient être espacés. De plus, en prenant conscience de la tâche réelle à accomplir, cela évite le sentiment de désorganisation et surtout celui d’être, au moment de la motivation, submergé, débordé devant l’ampleur de tout ce qu’il y a à faire ! La discipline nous apprend que l’effort est moins intense lorsqu’il est appliqué avec régularité.

Plus le système est grand, plus grande est l’entropie.

Pourquoi accumuler tant d’objets par exemple ? Nous le savons au fond de nous puisque bien souvent nous appelons les bibelots des ramasse-poussière. Ils donnent du travail, et augmentent le désordre et l’impact dans notre système. Si je voulais me servir de toute cette physique pour donner un conseil pratique je dirai : plus vous avez de choses, plus il y a de gestes pour éviter leur dégradation naturelle. Plus vous avez de mètres carrés, plus vous avez d’entretien. Il y aura donc plus d’efforts à fournir, de temps à consacrer mais également des frais qui augmentent. Et plus il y a d’entretien, plus il y a de produits et d’emballages etc etc ! Un véritable cercle vicieux.

Voulez-vous vous simplifier la vie ?

En dehors de la réflexion que nous devons mener sur les conséquences désastreuses sur la Terre ;

PENSEZ TRI : ne gardez que ce qui est utile et vous procure du bien-être, du bonheur au lieu de vous rajouter d’innombrables corvées. Recyclez, donnez ce qui ne vous est pas utile et ne retombez pas dans la tentation de l’accumulation. Beaucoup d’habits = beaucoup trop d’énergie pour les garder propre. Une déco épurée = un ménage bien plus rapide et efficace.

PENSEZ ROUTINE : la routine est trop souvent connotée péjorativement. Mais si elle est pensée en conséquence de tout ce qui a été dit, elle est efficace et stratégique, elle libère du temps pour la vie, l’aventure, l’improviste et les plaisirs quotidiens.

Parler de l’entropie pour donner des astuces de rangement et d’organisation, c’est aussi cela être concret. Comprendre les principes qui régissent notre monde, tenir compte de la dégradation et de la nécessité de lutter contre, chaque jour, tout en lâchant prise pour le reste ! Je dirai que le choix est le suivant : accepter de faire régulièrement une somme de petits gestes ou attendre et devoir faire de gros efforts qui consommeront plus de temps et d’énergie, ce qui est peu motivant. En d’autres termes repousser = accumuler. Ce n’est presque jamais une bonne idée…

Pour terminer j’ai réalisé plusieurs listes que je peux vous communiquer. Contactez-moi si vous êtes intéressés ! Elles vous donneront des repères et des astuces afin d’établir une routine qui évite la désorganisation et à terme la perte de temps.

》 Par où commencer le ménage de printemps.

》Les rituels du quotidien pour garder sa maison ordonnée.

》 Des produits bio et économiques parce que chaque geste à un impact.

Bonne réflexion à vous, rendez-vous sur Instagram pour des conseils quotidiens !

Dorothée.

Vous aimerez aussi

Aller à la barre d’outils