Accueil Articles Patience, constance, persévérance…

Patience, constance, persévérance…

Par Dorothee Fatehi 4 février 2019
Dorothée FATEHI conseil

Le trio qui nous permet de passer de l’invisible au visible…

Nous le savons, le printemps apporte avec lui le renouveau et symbolise la vie qui reprend ses droits. Mais cela n’arrive pas du jour au lendemain, simplement parce qu’il est dit dans le calendrier qu’en Mars sonne la fin de l’hiver…

Rien ne se passe par hasard… Une lutte pour la vie et le futur s’est tenue en secret. Celle-ci a pour effet de produire les résultats visibles que nous pouvons tous savourer lorsque le soleil revient. C’est un long et silencieux processus qui se met en place, avec patience et constance, durant l’hiver.

Nous n’aimons guère les périodes de grands froids, au sens propre comme figuré, pourtant celles-ci sont bien souvent indispensables. Les arbres fruitiers, par exemple, ont besoin de ce froid pour développer leurs fruits. Une période de dormance efficace nécessite entre 800 heures et 15000 heures de basses températures, selon les espèces.

En revanche, si les fruitiers, réchauffés, bourgeonnent trop tôt, les gelées plus tardives risquent alors de réduire à néant toute promesse de fruits. De même, les larves d’insectes, habituellement tuées par le froid, survivent davantage et dévorent les pousses et les jeunes arbres.

En résumé, dans la nature, les impatients ont peu de chance de survie et le manque de froid, ne permet pas de garantir la sécurité de ce qui est encore fragile. Lors des hivers rudes, les plantes les plus résistantes attendent avec patience de reprendre leur croissance. Et toutes celles qui ne peuvent résister au froid trop intense, meurent… Mais pas avant de libérer les graines qui, le printemps venu, donneront naissance à leur descendance.

Métaphoriquement parlant….

Ce que nous pouvons retenir, c’est que tant que le moment n’est pas arrivé, tout ce qui est promesse de renouveau doit rester un temps à l’intérieur, bien protégé. Il ne sert à rien de forcer, de tirer, ou de précipiter le passage de l’invisible au visible. Celui-ci se produira au bon moment, lorsque la patience, la constance et la persévérance auront produit leurs propres fruits.

Je vous invite en ce mois de Février, à faire ce travail interne et secret. À préparer le terrain, à laisser prendre en vous les bonnes racines ; enthousiasme, discipline, remise en question, recherche de sens et de profondeur, analyse de votre cœur et de votre être. Afin qu’au retour du printemps, n’émerge pas dans votre vie quantité de mauvaises herbes, mais des fleurs infiniment variées et au parfum agréable.

Dorothée FATEHI.

Vous aimerez aussi

Aller à la barre d’outils