Accueil Articles Se libérer des pensées négatives en 4 étapes.

Se libérer des pensées négatives en 4 étapes.

Par Dorothee Fatehi 15 août 2018
Dorothée Fatehi conseils bien-être mental et pensées

Enseigne-moi comment cesser de penser. 

Roméo.


L’influence des pensées sur nos comportements.

Roméo le mélancolique, Roméo le passionné, le passionnel, voire l’obsessionnel ? Le récit nous dépeint en tout cas un personnage impulsif guidé par ses pensées et ses émotions… Il trouve en Juliette une âme aussi entière que la sienne. Mais, emporté par le désespoir, Roméo n’essaye, ni de reprendre le contrôle de sa pensée, ni de prendre du recul sur la situation. Ne cherchant nullement la consolation ou le conseil, il se donne la mort. Juliette le suit aussitôt, privée de tout espoir.

Si la passion nous fait sentir vivant et aimé, vous comprenez qu’il nous faut, pour vivre, surmonter les pensées intrusives et négatives, afin d’éviter les drames…

La pomme rouge.

Dorothée Fatehi conseils bien-être mental et pensées

Jouez le jeu et pensez à une belle pomme rouge.

-> Vous pourrez lire la suite de cet article lorsque vous cesserez de penser à cette pomme rouge.

Et le lendemain matin………..

La démonstration est sans appel. On ne gagne pas la guerre des pensées sans une stratégie élaborée. Car, en effet, le simple fait de ne pas vouloir penser à quelque chose, l’incruste d’autant plus dans notre esprit. Le procédé est le même concernant les comportements, les émotions etc, plus on y pense, même dans l’idée de combattre, plus l’idée, la pensée, l’émotion se renforce. Elle est en fait, par ce bais, nourrie, et s’imprime en nous plus profondément.

Ainsi, si une pensée vous stresse, vous obsède, vous fait du mal, comment faire pour vous en débarrasser ?

1- Utilisez le remplacement.

Pour pouvoir lire la suite de ce passionnant billet, il a fallu que vous pensiez à autre chose, afin d’oublier la pomme rouge. Et dès que je la mentionne, la revoici sitôt devant vos yeux. Rien ne sert de vouloir « dompter » votre pensée. Tenter de la dominer, de la changer un peu, vous fera perdre du temps, beaucoup d’énergie, et vous mènera à la déception.

Attention, les pensées sont le point de départ de problèmes plus sérieux. Addiction, dépression… Ne restez pas seuls si vous sentez que vous n’en avez plus le contrôle !

Mais, chaque fois que vous le pouvez, remplacez votre pensée problématique, par une, qui vous procure du bien-être. Au départ, si vous n’en n’avez pas clairement identifié, pratiquez une activité, marchez, dansez, dessinez, écrivez, sortez, respirez, lisez, jouez, bref, occupez-vous l’esprit, et de préférence, par quelque chose qui vous donne du plaisir ! Chassez ainsi l’intruse, et ne lui donnez pas de pouvoir sur vos actions à venir !

2- Refusez la culpabilité.

Autre phénomène à prendre en compte, la culpabilité. Elle entretient paradoxalement le désir, et mène ensuite à l’excès…

Il est donc important de commencer par lâcher prise. Acceptez qui vous êtes et ce que vous traversez. Acceptez ce qui se passe, comme étant là, inéluctablement, mais pas définitivement. En intégrant le fait que la culpabilité empire le problème, sur-imprime la pensée obsessionnelle, et vous empêche de vous en libérer, force est d’admettre qu’il faut fonctionner autrement.

Vouloir lutter, enfouir, cacher, refuser d’admettre ; tout ceci conduira un jour ou l’autre à une explosion, puis à l’excès, à la rechute, aux angoisses, etc. La boucle est bouclée et le cercle est vicieux.

3- Prenez conscience que vous avez les rênes en main.

Si nous sommes bien conscient de nos pensées, nous le sommes moins sur notre capacités à pouvoir les influencer.

Les pensées indésirables nous obligent à interrompre le cours normal de notre réflexion. Elles focalisent notre attention sur un sujet précis et ne laissent plus de place pour d’autres sujets. Pour se calmer, il faut donc se « déconcentrer », ôter le focus, non pas en essayant de ne pas penser, mais bel et bien en faisant autre chose, en pensant à autre chose. Choisir volontairement de penser à quelque chose qui vous procure du bien-être, vous redonne le pouvoir sur votre activité mentale. Vous ne subissez plus des pensées qui semblent surgir de nulle part et avoir des racines si profondes, que rien ne pourra les déloger. Mais admettons-le : bien souvent par choix, fierté, passion ou peur, nous choisissons de nourrir (inconsciemment?) l’obsession.

Vous avez le pouvoir ; si vous désirez réellement changer.

4- Faîtes baisser votre niveau de stress.

Ne vous mettez pas la pression. Le stress ne fera qu’empirer l’état de vos pensées. Ainsi, si vous combattez une habitude, si vous désirez changer de vie, gardez le plus possible l’objectif pour vous, et quelques proches de confiance, vous éviterez la peur de l’échec et le scénario associé, qui à coup sûr, vous obsédera. Vous oserez ainsi vous accorder du temps pour parvenir à atteindre les différentes étapes. Limitez la prolifération des pensées obsessionnelles en adoptant des habitudes de vie saines. Le manque de sommeil, le stress au long terme, une mauvaise alimentation, tout ceci est à proscrire.

En résumé :

  • Remplacez rapidement une mauvaise pensées par une meilleure.
  • Nous avons tous à lutter avec certaines pensées, acceptez-cela sans culpabilité ni honte.
  • Lâchez-prise, sans perdre espoir, réagissez, vous avez plus de pouvoir que vous ne le supposez.
  • Prenez soin de vous, soyez patient, mais pas inactif, et sans pression. Penser est un travail intérieur qui paye !

L’avenir ne sera meilleur que si vous lui en donnez les occasions. Créez-le. Patiemment, pensée après pensée. Tracez un nouveau sillon dans votre cerveau. Et pardonnez-vous toutes les fois où vous n’y arriverez pas. Ces nouveaux modes de pensée vous aideront à placer les bonnes actions et à maîtriser vos émotions.

Associez cette démarche au travail de respiration et de développement de la volonté, en lisant ces deux articles : La cohérence cardiaque et, Renforcer son mental, afin de mieux gérer encore vos pensées.

Dorothée FATEHI.

Vous aimerez aussi

Aller à la barre d’outils